10 différences entre le cerveau et l'ordinateur

HeadGearHighbridge.jpgLes ordinateurs sont inutiles. Ils ne savent que donner des réponses.
(Pablo Picasso)

Les exploits des ordinateurs nous émerveillent au point d’oublier qu’ils sont le produit du cerveau humain. On perd de vue qu’il s’agit de phénomènes isolés, et non l’oeuvre d’une même machine. Histoire de remettre les pendules à l’heure, Chris Chatham, un doctorant en neurosciences, décrit dix différences fondamentales entre le cerveau et un ordinateur (source : Cognitive Daily). Sans nier les avantages des ordinateurs (précision d’exécution, infatigabilité, etc.), il importe de reconnaître ce qui nous distingue. Sans doute faut-il aussi passer l’information aux élèves afin d’éviter un possible sentiment d’infériorité par rapport à la machine, surtout chez ceux qui grandissent entourés d’ordinateurs.

Il faut lire les explications de Chatham pour bien saisir toutes les subtilités qui distinguent la pensée des opérations numériques. Néanmoins, j’offre une brève traduction pour les lecteurs francophones, mais aussi au bénéfice des élèves (du moins les plus âgés).

1. Le cerveau est analogique; l’ordinateur est numérique. Les neurones ont la capacité d’émettre des signaux dans une grande variété de modalités, contrairement à la transmission binaire (“1” et “0”).

2. Le cerveau utilise une mémoire activant des liens conceptuels. L’ordinateur, par contraste, utilise une mémoire fondée sur l’activation de bytes.

3. Le cerveau est un instrument qui opère massivement en parallèle; l’ordinateur est modulaire et sériel. Les opérations cérébrales ne sont généralement pas concentrées dans une seule partie.

4. La vitesse de traitement dans le cerveau n’est pas fixe; il n’y a pas d’horloge système. Plusieurs variables déterminent la vitesse avec laquelle le cerveau traite les signaux.

5. La mémoire de travail n’est pas comme la mémoire vive. Entre autres, la mémoire de travail ne comprend que des “pointeurs” vers la mémoire à long terme, contrairement à la mémoire vive qui utilise des données analogues.

6. Aucune distinction matériel/logiciel ne s’applique au cerveau ou à l’esprit. La pensée émerge directement du cerveau et toute modification de l’esprit entraîne un changement au niveau du cerveau.

7. Les synapses sont beaucoup plus complexes que des gâchettes électroniques. Le courant électrochimique le long des neurones permet des modulations de transmission, de même que des variables de transmission dans le vide synaptique.

8. Contrairement aux ordinateurs, le traitement et la mémoire s’opèrent dans les mêmes composantes du cerveau. L’ordinateur stocke l’information dans une mémoire, mais la traite dans une autre composante appelée “processeur”.

9. Le cerveau est un organe autorégulateur. La plasticité neuronale n’a pas son pareil dans un ordinateur.

10. Le cerveau est doté d’un corps. La complémentarité du corps accroît de façon substantielle l’efficacité du cerveau.

Bonus. Le cerveau est beaucoup plus considérable que tout ordinateur (présentement). Les combinaisons d’interaction neuronale dépassent le nombre de calculs linéaires qu’un ordinateur peut réaliser.


(Image thématique : Silhouette of Head with Gears for a Brain, par Highbridge)


Par ricochet :
Cerveau multifonctionnel
Imitation neuronale
Jeff Hawkins et l’intelligence artificielle
Connecter l’ordinateur au cerveau
La lecture bombarde le cerveau
La plasticité du cerveau
Les effets de l’exercice sur le cerveau

Mots clés:

Vous pouvez suivre les commentaires en réponse à ce billet avec le RSS 2.0 Vous pouvez laisser une réponse, ou trackback.

7 réponses

  • Yoan dit :

    Je trouve cet article intéressant parce que c’est vrais on aurais tendance à croire que l’ordinateur est plus intelligent que l’homme dans le sens ou il traite les informations beaucoup plus promptement merci

    • En 2020, il est prévu qu’un ordinateur portable de pointe possède autant de puissance computationnelle que le cerveau d’un être humain. En 2060, son descendant aura autant de puissance computationnelle que tous les cerveaux de l’humanité réunis.

      La puissance computationnelle n’est évidemment pas la même chose que l’intelligence humaine, mais avec les progrès de l’intelligence artificielle, personne ne saurait prédire où tout cela va nous mener. Chose certaine, nous avons tous avantage à développer nos capacités humaines au mieux de nos connaissances, dans l’espoir de maintenir un certain ascendant.

    • Dieu MILEME dit :

      L’article est très bon, par ce que beaucoup de gens pensent que l’ordinateur est une créature d’une personne plus que Dieu Tout Puissant, l’homme invente l’ordinateur grace à sa mémoire qui est créée par Dieu.
      Une personne intélligente on dit qu’il est comme un ordinateur pendant qu’un ordinateur est tout simplement un appareil
      Merci

  • Irisaouriah dit :

    bonnour je me demandait quelle partie de l’ordinateur est le cerveau au juste

    • L’objet de ce billet est justement une mise en garde contre les comparaisons du cerveau et de l’ordinateur. Sous l’angle de l’imagerie, cependant, on peut établir un rapprochement entre le cerveau et les composantes internes d’un ordinateur : les microprocesseurs, les circuits électroniques, le disque dur, la mémoire vive, etc.

  • Dookie dit :

    Bonjour, dans le cadre d’un tipe, pourriez vous me donner de plus amples informations sur le 3 : Le cerveau est un instrument qui opère massivement en parallèle; l’ordinateur est modulaire et sériel. Les opérations cérébrales ne sont généralement pas concentrées dans une seule partie.

    En effet je ne comprend pas ce que vous entendez par modulaire et sériel.
    Merci de votre réponse

    • François Guité dit :

      Je ne vois pas très bien comment orienter la réponse “dans le cadre d’un TIPE”, considérant que le fonctionnement du cerveau ne fait pas de telles distinctions. Pour éclairer un peu mieux le propos de l’auteur, Chris Chatham, rappelons que l’activité cérébrale est réticulaire, unissant plusieurs parties, le plus souvent dans les deux hémisphères par le biais de l’hypothalamus et des autres régions mitoyennes. Par “modulaire et sériel”, il semble que Chatham fasse allusion au traitement de l’information dans les ordinateurs qui, plutôt que d’être concomitant, se déroule en série et linéairement, quoique très rapidement, dans des lieux (modules) séparés.



Laisser un commentaire

*