Les effets de l'alcool sur le cerveau

ReniBacchus.jpgPlus d’hommes se sont noyés dans l’alcool que dans la mer. (W.C. Fields)

Les discours sont impuissants face au sentiment d’immortalité. Rien ne vaut une image bien acérée pour crever l’intemporalité illusoire de la jeunesse. À l’adolescence, c’est la vue d’un poumon rongé par le tabagisme, à côté d’un poumon sain (voir le post-scriptum), qui m’a découragé de fumer à jamais. Cette image m’a peut-être sauvé la vie; à tout le moins, elle en a changé le cours. Je me suis rappelé cet incident en apercevant l’image IRM ci-dessous d’un cerveau normal comparé à celui d’un alcoolique (SmartKit : Your Brain on Alcohol). Elle réussira peut-être aussi à réchapper quelques vies.

    AlcoolCerveau43Ans.jpg

Une autre image saisissante, plus près de la réalité des jeunes cette fois, nous provient d’un article du New York Times : The Grim Neurology of Teenage Drinking. Sous l’emprise de l’alcool (image de droite), le cerveau d’un jeune n’est pas en mesure de réfléchir normalement, encore moins de faire preuve de jugement (une évidence chez les adultes, également).

    Buveur15Cerveau.jpg

Pour taper encore sur le clou, on énumérera les parties du cerveau affectées par l’alcool (SmartKit : Alcohol knocks teen brain off trajectory) et on soulignera comment il cause la dégradation des neurones (San Francisco Chronicle : Alcohol harder on teen brains than thought). Du coup, on fera valoir que le problème est bien présent chez nous, comme en témoignent les statistiques, notamment ce tableau partiel (cliquez sur l’image pour un agrandissement) :

    StatsAlcoolJeunesCanadaS.jpg

Le but n’est pas de prêcher l’abstinence. Un voeu pieux entache la crédibilité. Il s’agit d’éduquer les jeunes aux risques des jeux d’adultes, tant pour eux que pour la société. Par ailleurs, le phénomène illustre l’importance de faire déborder l’éducation des manuels scolaires et de savoir traiter des sujets actuels à l’aide de ressources tout aussi actuelles.

Post-scriptum : image d’un poumon en santé, à gauche, comparé au poumon ravagé d’un fumeur (source : Human Illnesses and Behavioral Health).

    SmokerNonSmokerLung.jpg

Mise à jour, 16 juillet 2007 | Cet article du site BrainConnection traite plus spécifiquement des effets de l’alcool sur le cerveau des adolescents : Alcohol on the Mind: The Effects of Drinking on the Adolescent Brain.


(Image thématique : Drinking Bacchus, par Guido Reni)


Par ricochet :
Les effets de l’alcool sur le cerveau des jeunes
Le tabagisme tuera 1 milliard de personnes durant le siècle

Mots clés: , ,

Vous pouvez suivre les commentaires en réponse à ce billet avec le RSS 2.0 Vous pouvez laisser une réponse, ou trackback.

22 réponses

  • pablo dit :

    Merci !!! Grace à vous je vais définitivement arrêter de fumer

  • Bon courage ! C’est un investissement pour la vie.

  • baba (baba) dit :

    baba

  • Merci pour ces images et ces propos …

  • Aurel42 dit :

    Putain c affreux !!!!
    Lui il a carrément les trous de boulettes dans las poumons … ca craint !!!

  • poirot dit :

    les images con voie ces a lon terme

  • laura546 dit :

    mon pere a fumer mais il a regretter, je crois c a a cause de sa qu’il a attrapé le diabete!!!

    • Alain dit :

      Il faut nuancer, Je suis de ceux qui ont renoncé au tabac, plusieurs fois. Cela fait quelques années que je ne suis plus addict. Si mes poumons ont récupéré de leur belle couleur (rose ou blanc) c’est heureux. Après, viennent les compensations par la nourriture, en ce qui me concerne. D’où une grosse prise de poids. Une obésité morbide et surement en corollaire un diabète naissant. Comment se fait il qu’on n’interdise pas le tabac en France. Nous ne sommes plus des producteurs, je crois. Il serait presque préférable de laisser tranquilles d’autres utilisateurs de drogues mais de supprimer purement et simplement le tabac.

  • Peu importe les causes du diabète de votre père, Laura, en se tournant désormais vers l’avenir, il est surtout important que vous ne l’imitiez pas au regard de la cigarette.

  • veronica dit :

    desfois la réalité est plus affreuse que l’on croit

  • lilie dit :

    arretez maintenant, il n’est pas encore trop tard

  • ludovic dit :

    arretez d’en rajouter , la vie est courte vaut mieu en profiter =)

  • Philipp F. dit :

    Mes parents fument depuis mon plus jeune âge malgré toutes les conséquences que cela a sur eux, mais également sur moi. Les gens qui inhalent la fumée sans filtre inhalent encore plus de substances chimiques toxiques que ceux qui fument. Quel argument pourrais-je utiliser pour les convaincre d’arrêter de fumer, ou seulement de fumer en dehors de la maison? J’ai déjà essayé tant d’arguments que je commence à perdre espoir.

  • Raphael dit :

    Je suis complètement déprimé, j’ai 15 ans et j’ai été bourré quelques fois, je dirais entre 5 et 10 fois, plutôt 5, étalées sur environ un an je dirais.
    J’ai l’impression que ma perception des choses a changé, quand je parle par exemple si je me focalise sur ce que je dis, quelques secondes plus tard, j’ai l’impression que je n’ai rien dit, même si je me rappelle de ce que j’ai dit et que je sais que je l’ai dit, bref…
    J’ai lu la page en anglais, et ça m’a pas trop rassuré, apparemment les cellules mises en causes seraient celles de l »hippocampe.
    Est-ce que les cellules a l’intérieur de l’hippocampe peuvent se régénérer (j’ai trouvé quelques articles qui disent que oui sur internet) mais est-ce que c’est possible que dans mon cas, elles ne se régénèrent pas.
    Inutile de vous dire que je ne bois plus, ne fume pas ni rien, j’ai tellement l’impression d’avoir gâché ma vie bêtement … !

    • Jc dit :

      Je vais souvent en soirée, j’y bois quand même beaucoup et fume qu’en soirée et pas que du tabac et pourtant mes capacités intellectuelles n’ont pas diminuées jusqu’à présent… J’ai 17 ans mon parcours scolaire est parfait sans aucun échec dans une école réputée ( et je suis en général). Ce n’est pas parce que ces substances ont des effets négatifs sur le corps que ça veut dire qu’il ne faut jamais en prendre car se retrouver avec des amis pour faire la fête et boire quelques verres, c’est toujours sympathique! Il suffit de bien gérer et bien sure de faire du sport pour quand même garder un minimum de forme rien qu’au niveau des poumons et ne pas continuer à faire cela une fois adulte évidemment (pour ne pas sombrer dans l’alcoolisme etc)… Enfin ceci est mon point de vue .

  • Vous avez la chance, Raphaêl, de votre jeunesse. Nous savons aujourd’hui que le phénomène de plasticité neuronale permet au cerveau de remédier à certaines difficultés, et plus encore quand on est jeune, si je me souviens bien.

    Quant aux effets sur l’hippocampe, je ne suis pas spécialisé en la matière et préfère ne pas me prononcer. Si cela peut vous réconforter, cependant, nous savons que certaines cellules du cerveau ont la propriété de se régénérer. Quant au ton pessimiste de certains articles, dites-vous que les médias ont parfois tendance à exagérer le ton pour plus faire plus d’effet sur les jeunes.

    Je vous félicite de votre changement d’attitude. C’est non seulement courageux de votre part, mais je dirais aussi remarquable.

    Je vous recommande toutefois de ne plus ainsi tenter le diable. Votre organisme s’en trouve désormais fragilisé. Donnez-lui le temps de se rétablir. Comme le dit le dicton, aide-toi et le ciel t’aidera.

  • Feulie dit :

    Bonjour,

    Je suis une jeune ayant des consommations occasionnelles excessives (lors de fête, soirées, etc…). J’aimerais bien savoir à partir de quelle consommation d’alcool les effets deviennent définitifs (sur la mémoire, etc) et altèrent le cerveau comme indiqué sur l’IRM de l’alcoolique.

    J’ai lu pas mal de fois que un peu d’alcool n’avait que des effets temporaires, mais jamais d’explication sur la limite à ne pas franchir. Par exemple, pour les carences en vitamines B1 que l’alcool entraine et qui semble pathologique, à partir de quand interviennent-elles ?

    Donc j’oscille entre l’angoisse et l’insouciance ahah.

    • François Guité dit :

      Je ne dispose malheureusement pas de l’information exacte que vous demandez, mais sans doute y a-t-il dans ce billet antérieur et dans mes archives sur le sujet suffisamment d’information pour vous dissuader de ces excès d’alcool qui affectent votre cerveau. Je dirais que vous êtes en train de flamber votre avenir, et vous n’en avez qu’un seul devant vous. Ça ne prend qu’un peu de détermination et le courage de dire ‘assez!’. Vous aurez bien l’occasion d’en jouir plus tard.

  • stef dit :

    la vie est courte, j’ai 18 pijes je bois je fume maintenant tien a chaque individu de disposé de sa propre vie comme il l’entend !
    tout évidemment en étant informé des risques que cela encours …
    donc merci pour cette prévention qui espérons le sera dissuasive …
    le problèmes ne résidu ni dans l’alcool ni dans tabac car ce n’est qu’un tiers du problèmes

    il y’ a un courrant psycho qu’il s’appel la systémique qui met en évidence le rapport entre le produit l’environnement et l’individu pour faire simple il ne faut pas arrête de boire pour avoir une vie bien juste le faire a des moments et des endroits appropriés et surtout a doses raisonable



Laisser un commentaire

*