Le leadership en éducation : idées de Ludovia

Un vrai leader n’a pas besoin de conduire. Il suffit qu’il montre le chemin. (Henry Miller)

Un deuxième passage à Ludovia a donné lieu à de nouvelles expériences, notamment l’enregistrement d’une une série de quatre vidéoclips enregistrés avec Jacques Cool, l’autre représentant de la francophonie canadienne. Jacques et moi reproduisons ici le quatrième et dernier texte de cette série, sur le thème du leadership en éducation à l’ère du numérique. L’article a aussi paru sur Zecool et Ludovia.

Pour réussir le virage numérique des écoles, personne ne niera l’importance du leadership assumé par les dirigeants, qu’ils soient directeurs ou politiciens. Il faut se rendre à l’évidence, toutefois, que les meneurs sont trop peu nombreux pour la nature herculéenne de la tâche. À l’échelle nationale, l’audace de Julia Gillard, première ministre d’Australie, est rarissime. Les révolutions, heureusement, créent leurs propres leaders.

L’ordinateur personnel, c’est bien connu, s’avère un outil d’empowerment. En démocratisant les moyens de publication, les nouvelles technologies de la communication ont diffusé le pouvoir. Ipso facto, l’influence, les hiérarchies et le leadership se sont disséminés. L’influence se joue désormais dans la mémétique des réseaux. La hiérarchie des hyperliens se moque des institutions, tandis que le leadership est assumé par les créateurs, les innovateurs et les acteurs bien avant les décideurs. Dans ce changement paradigmatique mu par le numérique, le leadership n’est plus pyramidal, mais rhizomatique et réticulaire.

Avec l’avènement des réseaux, le leadership est distribué. Parfois même, il est partagé, car la collaboration permet de prendre des risques que l’individu seul ne saurait prendre. Celui qui veut changer les choses ne ciblera pas les gens, mais l’environnement dans lequel ils évoluent, de sorte qu’ils puissent changer eux-mêmes.

Le leadership en éducation n’est plus seulement assumé par les éducateurs. Des visionnaires en nouvelles technologies ont transformé l’éducation sans préméditation. Je pense notamment à Vinton Cerf et Tim Berners-Lee, Steve Jobs, Jimmy Wales, Sergey Brin et Larry Page, Chad Hurley et Steve Chen, et j’en passe. Sans pour autant dénigrer les théoriciens de l’éducation, lequel a plus affecté l’apprentissage cette dernière décennie que Google ?

Les jeunes sont conscients du pouvoir que leur confèrent les TIC et les réseaux. On voit bien qu’ils forcent les enseignants et les institutions au changement. Les jeunes ne sont pas seuls, évidemment. Plusieurs professionnels de l’éducation, dont des directions d’école, sont aux commandes et ne craignent pas d’innover. Le maillage des élèves, des enseignants, des gestionnaires, des chercheurs, des autres professionnels de l’éducation, voire de certains politiciens, parents et journalistes illustre bien la dissémination de l’autorité à laquelle nous faisions allusion plus tôt.

Nous assistons ainsi à l’émergence d’une structure informelle de gestion participative en réseau que l’on pourrait qualifier de cogestion collective. Du coup, le partage du contrôle devient une évidence. Cette cogestion collective est bien soulignée par des auteurs tels l’américain Will Richardson (Why school?) et le canadien Michael Fullan (All Systems Go). À cette cogestion, Fullan ajoute l’engagement personnel des gens en autorité, tel qu’un chef d’État, des cibles prioritaires judicieusement établies et, à la base (dans une école, en particulier), d’un engagement de tous. Il nous rappelle, fort heureusement, que le succès engendre le succès. Devant une certaine urgence de transformer le monde de l’éducation, on ne peut qu’être encouragé par de tels propos. En fin de compte, ce n’est une gestion des ressources humaines comme une gestion humaine des ressources qui saura susciter un engagement des acteurs et de leurs partenaires, pour le bénéfice direct des apprenants. La mesure de l’innovation doit incontournablement se faire en termes de leurs succès, i.e. la qualité de leur apprentissage.

Au regard de la sclérose que manifestent certaines institutions, il n’y a pas de leadership sans audace, ni délinquance. La culture libérale qui prévaut le plus souvent dans les écoles canadiennes a assez bien servi les innovateurs et l’expérimentation pédagogique en matière de TICE. Puisque l’union fait la force, le maillage de tous ces explorateurs confère à cette communauté éparse un rayonnement qui permet non seulement de résister aux détracteurs, mais d’assumer la direction des changements à venir. Ils sont de la trempe de ceux qui mènent par la technologie, comme le suggère Brian Kuhn. Ludovia bâtit en France les mêmes leviers.

Par François Guité et Jacques Cool.


(Image thématique : All Tracks Lead to Water, par Lawry Love)


Par ricochet :
L’apprentissage mobile : passage à Ludovia
BYOD / AVAN : comme à Ludovia
Perfectionnement professionnel : élans de Ludovia
Un cas de leadership dans l’intégration des technologies
Les technologies comme agents de réforme
Défier le statu quo
Bâtir sa communauté
Le changement en éducation : évolution ou révolution ?


(Épisode 4) Leadership en éducation : participatif et collaboratif (L’espace à Zecool)
Le leadership en éducation : participatif et collaboratif ? (Ludovia)

Mots clés: , ,

Vous pouvez suivre les commentaires en réponse à ce billet avec le RSS 2.0 Vous pouvez laisser une réponse, ou trackback.

27 réponses

  • Article très intéressant. Les TICE et le leadership éducatif étant 2 centres d’intérêt en ce qui me concerne, je diffuse cet article. La phrase « il n’y a pas de leadership sans audace, ni délinquance » m’interpelle et je crois que je partage ce point de vue. Par délinquance, je comprends « prise de risque », « faire bouger les lignes » ou encore « aller à l’encontre de la doxa dominante parfois ».
    François, peux-tu préciser pour ta part ce que tu entends par « délinquance » ?
    Merci encore pour tes écrits toujours pertinents.

    • Je rapproche davantage les notions de « prise de risque » et « faire bouger les lignes » de la propension à l’audace. La délinquance, selon moi, commence à tout le moins avec l’idée d’aller à l’encontre de la doxa dominante parfois, comme tu le dis si bien. Le « parfois » ici a son importance, car la délinquance doit être réfléchie, et non systématique.

      Je vais tout de même plus loin dans la conception de délinquance. Au-delà de la doxa, j’estime qu’il faut parfois défier les règles qui accablent et que les instances supérieures imposent comme une chape de plomb. Et c’est sans compter les arrêtés, formules, mesures, protocoles et ordres qui pétrifient la créativité, paralysent les systèmes, et tuent l’innovation. Dans la mesure où on sait se montrer vigilant et faire marche arrière quand on se trompe, on a plus de chances de contribuer au progrès que de se complaire dans les ornières.

  • « Les jeunes sont conscients du pouvoir que leur confèrent les TIC et les réseaux. »
    >>> Il faut tout de même parfois leur montrer que ce ne sont que des outils, et qu’ils peuvent par conséquent aussi être des outils d’apprentissage. J’observe régulièrement un certain nombre de réticences face à l’utilisation des TIC dans mon enseignement au lycée et constate que certains des « Digital Natives » ne sont pas si « Digital » que ça ! Par contre, je serais curieux de savoir dans quelle mesure les élèves avec qui je travaille sont représentatifs des élèves en France (et ailleurs aussi d’ailleurs !).

  • C’est un bon point, supporté par la recherche. Vous avez raison de le soulever. Néanmoins, la quantité de jeunes qu’on peut qualifier de digital natives, ou digital residents pour utiliser une appellation plus acceptée, est suffisamment grande pour constituer une masse critique d’acteurs, voire d’activistes, pour bouleverser l’ordre établi. Comme chez toutes les générations, il y a des faiseurs et des suiveurs. Il se trouve qu’aujourd’hui, les faiseurs disposent de d’outils d’empowerment et de libération absents de ma génération. La possibilité de sauver le monde n’est plus tout à fait une utopie.

  • Merci pour ton article, très bien écrit & très instructif sur le leadership! Bonne continuation sur le blog! Pierre

  • Aline dit :

    Merci pour cet article!!
    Le leadership reste toujours un bon sujet!!

  • Rémy Fernadere dit :

    Bonsoir,

    Votre article est très intéressant et complet. Merci de partager votre avis sur la question avec nous, j’en ressort plus instruit que je ne l’étais arrivé!

    Rémy

  • ALLAH -ASS DJIGUE dit :

    pour la première fois je suis entré sur le site google éducation. j’ai lu un titre accrocheur: « leadership en éducation ».
    En effet, le sujet est de mon point de vue d’une importance non négligeable pour bon fonctionnement des établissements éducatifs: le manque ou l’insuffisance d’un leadership est l’une des conséquences d’une administration scolaire défaillante.
    Un leadership en éducation intègre les relations internes de l’école (enseignants-Elèves-administration) et communautés (parents- autres acteurs locaux).
    merci et courage!

  • Melaine dit :

    Un article détaillé et instructif comme rarement j’en vois donc déjà merci du partage. L’accès des jeunes à Internet a permis d’une part de leur ouvrir de multiples champs de possibilité mais aussi de découvrir et comparer certains états de fait. Certains y verront l’occasion de s’émanciper d’autres de trouver des exemples à suivre.

  • Marie dit :

    Super article, merci François d’avoir traiter de sujet de la plus belle des manières. A plus ;) Marie

  • médecine et santé dit :

    Excellemment article et une très bonne intervention par la vidéo !!

  • agence de pub dit :

    C’est un article bien fourni, j’ai trouvé du plaisir à te lire…

  • Ce qu’il faudrait pour le système éducatif c’est de suivre le mouvement qu’offre le monde internet pour pouvoir ainsi augmenter l’intérêt des jeunes en milieu scolaire. Mettre en place également un système collaboratif digital « parents-enseignants » pour renforcer la communication et permettre des échanges au lieu des rendez-vous en semaine.

  • Oussama dit :

    Un article détaillé et instructif sur un thème très important leadership. Je suis de même avis c’est que le leadership a changé de cape et qu’il est plus participatif. Je pense que ce type de leadership peut être très innovant et aide la communauté a mieux gérer ses progrès ou atteindre ses objectifs. Par contre, si les leaderships ne savent pas ce qu’ils veulent et que leur mouvement n’a pas de base les résultats seront catastrophiques.

  • Marc.Z dit :

    C’était très intéressant! Je n’ai jamais vraiment été tenté par l’entreprenariat mais j’aime à penser que j’aurais été un dirigeant très social, qui ne punit pas mais recadre, qui ne contrôle pas mais fixe des objectifs, et mettre tous les outils à disposition d’une équipe que j’aurais mené vers le succès.

  • Lingerie dit :

    Sujet intéressant et bien analysé, l’art du leadership devrait très rapidement être enseigné

  • Service75 dit :

    Merci pour cet article très complet et bien construit ! La vidéo est également très intéressante, il faut dire que le leadership est un sujet que j’aime beaucoup.

  • Eric dit :

    Excellent ! Je ne connaissais pas du tout. Je donne des cours de DJ sur Lyon et c’est vrai que ça pourrait être intéressant à transposer

  • simoxe dit :

    Merci pour cet article.



Laisser un commentaire

*